Page sur les débit d'absorption spécifique


L'indice de débit d'absorption spécifique ou DAS est un indice qui renseigne sur la quantité d'énergie véhiculée par les radiofréquences émises vers l'usager par un appareil radioélectrique, lorsque cet appareil fonctionne à pleine puissance, dans les pires conditions d'utilisation.
L'unité du DAS est le watt par kilogramme (W / kg, si m2s-3).
L'absorption de champs électromagnétiques produit une élévation de température des tissus (effet thermique).
Donc, plus le DAS d'un appareil radioélectrique est faible, moins cet appareil est dangereux pour la santé.
Aux USA, la FCC exige que les téléphones vendus aient un niveau DAS inférieur à 1.6 watts par kilogramme (W / kg) pour un ensemble de 1 gramme de tissu.
Dans l'Union européenne, la limite de DAS est de 2, moyennée sur 10 grammes de tissu.
Pour l'intégralité de l'exposition du corps humain, il existe une limite de 0,08 Watt / kg, moyennée sur l'ensemble du corps.
De nos jours, à quelques exceptions près, la majorité des téléphones ont un DAS inférieur à 1 sur 10 g de tissus : leur DAS se situe le plus souvent autour de 0.4 à 1 sur 10 g.
Par ailleurs, comme le respect de ces seuils sur les antennes relais est difficile à vérifier pour le grand public, on a recours alors à la mesure de champs électriques comparés à des limites de référence.
Formule
Détail
Le débit d'absorption spécifique se calcule à partir des grandeurs physiques suivantes :
Le champ électrique dans les tissus : DAS = σE² / ρ
La densité de courant dans les tissus : DAS = J² / ρσ
L'élévation de température dans les tissus : DAS = ci * dT / dt
E : champ électrique en V / m
J : densité de courant en A / m², obtenue à partir des champs magnétique et / ou électrique.
ρ : densité du tissu en kg/m³
σ : conductivité électrique du tissu S / m
ci : capacité thermique du tissu en J(kg K)
dT / dt : dérivée de la température des tissus par rapport au temps en K / s
Application dans la santé
Risques sanitaires des télécommunications.
Les connaissances sur les ondes électromagnétiques sont aujourd'hui encore à approfondir.
De nombreuses études scientifiques tendent à prouver l'innocuité de ces ondes à faibles doses (en dessous de 2 sur 10 g), mais aucune n'a pu clairement établir cette innocuité.
D'autres études scientifiques ont en revanche mis en évidence des dangers à terme pour le corps humain, tels que des cancers ou la perméabilisation des membranes cellulaires.
A l'heure actuelle, les fréquentes évolutions technologiques des téléphones portables ne permettent pas d'avoir une connaissance fiable du risque. En effet, il faut plusieurs années pour mener une étude épidémiologique ayant assez de pertinence pour s'appliquer aux faibles doses de rayonnement émis par les téléphones portables.
Ainsi, les études dont nous disposons aujourd'hui ne concernent que les premières générations de téléphones portables. Mais depuis, la 3G se développe et les fréquences évoluent.
De nombreuses études concluent à un très faible risque voire à leur absence.
A contrario, selon une étude épidémiologique suédoise conduite par Kjell Mild, les utilisateurs intensifs de téléphones mobiles auraient un risque 2,9 fois plus élevé d'être atteints d'une tumeur maligne au cerveau du côté où ils utilisent leur téléphone .
L'Agence Française de Sécurité Sanitaire de l'Environnement et du Travail (AFSSET) a publié en juin 2005 un nouvel avis sur les téléphones portables.
De son côté l'Agence européenne pour l'environnement, compte tenu des doutes subsistants, préconise l'application du principe de précaution et donc de réduire les limites d'expositions actuelles.
Dans le doute, mieux vaut donc, d'une part, préférer un téléphone portable ayant un DAS peu élevé et d'autre part, téléphoner autant que possible dans des conditions de bonne réception et aussi, lors d'une communication de type GSM / GPRS / UMTS, il est conseillé d'éloigner le combiné des zones sensibles du corps, en utilisant par exemple un kit piéton ou en activant le haut-parleur du téléphone.
Débit d'absorption spécifique par modèle de téléphone portable
Le comparatif des DAS des smartphones (en) :
Les DAS de ce comparatif ont été mesurés près de l'oreille. Comme le DAS diffère suivant la bande de fréquence (GSM 900MHz – GSM 1800MHz – UMTS 2,1 GHz – Wifi 2,4 GHz), nous avons retenu la valeur maximum émise avec le protocole UMTS pour les transmissions 3G. Plus la valeur du DAS est importante, plus les effets néfastes des ondes électromagnétiques se font sentir sur le corps humain, particulièrement sur le cerveau. Attention, un niveau de DAS de 2W / kg pour un adulte correspond à un niveau de 2,19W / kg pour un enfant de 10 ans et 3,06 pour un enfant de 5 ans. En effet, la faible épaisseur de la boite crânienne des enfants les rend plus sensibles aux ondes électromagnétiques que les adultes.
Une étude à permis de connaître les conditions d'expositions des sujets aux antennes de téléphonie mobile.
En fonction de la distance des antennes et par rapport au groupe référent, certains symptômes sont exprimés de façon significativement plus élevée
Détail
fatigue jusqu'à 300 m.
maux de tête, perturbations du sommeil, sentiment d'inconfort jusqu'à 200 m.
irritabilités, problèmes cardiovasculaires, difficulté de concentration jusqu'à 100m.
les femmes sont plus sensibles que les hommes pour 7 symptômes
maux de tête
nausées
perte d'appétit
perturbations du sommeil
tendance dépressive
sentiment d'inconfort
perturbations visuelles
L'hypersensibilité aussi appelée électrosensibilité à bas niveau, aux champs électromagnétiques devient pour certaines personnes un problème de survie.
Parmi les victimes de l'électrosensibilité, on trouve surtout des personnes ayant travaillé sur ordinateur pendant plusieurs années, mais aussi des habitants de quartiers riverains de lignes à haute tension. Et aujourd'hui, certains utilisateurs de téléphones portables GSM et des habitants de quartiers où fonctionnent des antennes relais de téléphonie mobile éprouvent certains malaises qui sont susceptibles d'être examinés sous l'angle de l'électrosensibilité.
Les premiers chercheurs à s'être intéressés à l'électrosensibilité humaine sont le Professeur Cyril W Smith, le Professeur William Rea. Ces auteurs, dès 1985 ont exposé dans divers congrès scientifiques des cas de patients atteints d'un curieux syndrome, relativement rare, associé à l'exposition aux champs électromagnétiques. Dans la suite, en association avec d'autres chercheurs, ils ont publié plusieurs articles scientifiques relatant des observations réalisées sur des patients présentant des troubles plus ou moins graves lorsqu'ils sont soumis à divers champs électromagnétiques (insomnies, nervosité anormale, état de stress quasi permanent, angoisses incoercibles, tendances dépressives, dépression nerveuse, pertes d'équilibre, vertiges, nausées, chutes brutale de tension artérielle allant parfois jusqu'au collapsus, troubles du rythme cardiaque, perte de mémoire, pertes de conscience, éruptions cutanées, eczéma, chute rapide plus ou moins abondante de cheveux, crises asthmatiformes, absences épileptiformes).
Ces symptômes peuvent être disparates et ne se manifestent pas nécessairement simultanément sur un patient donné.
On peut aujourd'hui considérer que l'hypersensibilité aux champs électromagnétiques, bien que non encore acceptée unanimement par le corps médical et académique, est bien une pathologie et que dans certains cas, elle peut mettre en danger la vie de ceux qui en souffrent (des cas mortels sont décrits par le Professeur CW Smith). Il faut dire que pour la majorité des personnes, il est bien difficile de concevoir qu'un champ électrique ou un champ magnétique alternatif ou pulsé à faible intensité, que l'on ne voit pas, que l'on ne sent pas et qui n'est mesurable que grâce à des appareils très sensibles et peu répandus, puisse influencer certaines fonctions vitales ou certains organes.
De plus, la médecine classique nous ayant constamment répété qu'en dehors de toute statistique, les cas isolés observés ne sont pas à prendre en considération, la plupart des médecins confrontés à de tels problèmes d'hypersensibilité électromagnétique ne voient de possibilité de traitement que dans la psychiatrie. Et ces personnes dont nous faisons partie sont dès lors parfois considérées, même dans leur propre famille comme des hystériques, des déséquilibrés mentaux ou comme des sujets névrotiques. Bien entendu, les traitements médicamenteux prescrits par la majorité du corps médical sont à la hauteur des symptômes constatés: somnifères à doses massives, antidépresseurs, euphorisants, médications de troubles du rythme cardiaque, bêta bloquants. Le tout n'ayant finalement pour effet que d'intoxiquer profondément la personne sans résoudre le problème en profondeur et surtout sans en établir la cause véritable.
Certains sites Internet suédois mentionnent l'existence de plus de 600.000 personnes électrosensibles en Suède, dont des cadres de l'industrie du téléphone mobile. Nous sommes personnellement en contact avec l'Association Française des Patients Electrosensibles. Les pouvoirs publics feignent d'ignorer leur existence et pourtant, le Professeur Roger Santini, le Professeur Cyril W Smith et notre équipe de scientifiques indépendants avons pu tester ces personnes et nous avons pu mettre grâce à des tests simples cette électrosensibilité de type allergique en évidence. La simple morale ne nous permet pas de mettre ces personnes au ban de la société sous prétexte qu'elles ne répondent pas aux critères standards de la moyenne de la population.

Le DAS des smartphones, gsm, tablette Watt / kg LG L343i 0,12 LG S5200 0,12 Samsung SGH X830 0,12 Sony Ericsson Z600 0,16 Samsung SGH G800 0,19 QTEK 9060 0,2 Samsung SGH X700 0,2 LG KE520 0,232 Samsung Galaxy S3 4G 0,24 Samsung Galaxy NOTE 0,26 Samsung Galaxy S8+ 0,26 Samsung Galaxy S 0,27 LG Optimus VU 0,28 Alcatel One Touch 511 0,30 Alcatel One Touch 512 0,30 Samsung Galaxy S8 0,315 HTC Sensation XL 0,32 Samsung Galaxy S2 0,34 Samsung Galaxy S3 0,34 Samsung Galaxy J5 0,349 Samsung Galaxy A3 0,349 HTC Windows Phone 8X 0,35 HTC Windows Phone 8X 0.35 HTC Sensation 0.358 HTC Rhyme 0,36 Sony Xperia Play 0,36 Huawei P8 Lite 0,360 LG Optimus 3D 0,37 Samsung Galaxy NOTE 2 0,37 LG G6 0,393 HTC Radar 0,40 Samsung Galaxy S7 0,407 Alcatel One Touch 332 0,43 HTC Titan 0,44 Acer Iconia 501 0,45 Samsung Galaxy J5 0,453 Samsung Galaxy J3 0,477 Wiko U Feel 0,479 Alcatel One Touch 331 0,49 HTC Evo 3D 0,516 HTC EXPLORER 0,53 Google Nexus 4 0,55 Sony Xperia Z 0,55 Samsung Galaxy S3 Mini 0,58 Alcatel One Touch 355 0,59 Alcatel One Touch 310 0,60 Alcatel One Touch 311 0,60 Motorola RAZR HD 0,61 Lenovo Moto G5 0,618 LG Optimus 4X HD 0,62 HTC HD2 0,631 Samsung Omnia 7 0,64 HTC HD7 0,66 Alcatel One Touch 155 0,65 Alcatel One Touch 156 0,65 HTC Dream 0,656 HTC One X+ 0,66 Samsung Galaxy Y 0,66 Sony Xperia Arc S 0,66 HTC One S 0,687 Nokia Lumia 920 0,70 Samsung Galaxy Note 10.1 3G 0,70 HTC Windows Phone 8S 0,72 HTC Windows Phone 8S 0.72 Apple Iphone SE 1.24 HTC Desire 0,752 HTC Wildire 0.754 Wiko Cink King 0,76 HTC Trinity 0.77 HTC Touch Diamond 2 0.776 Alcatel One Touch 320 0,77 Alcatel One Touch 153 0,77 Samsung Galaxy Tab 2 7.0 3G 0,82 Archos Arnova 7 3G 0,84 Motorola Atrix 0,84 Motorola RAZR i 0,85 HTC One 0,863 Wiko Cink Slim 0,87 HTC One V 0,872 Sony Ericsson Xperia Pro 0,88 iPhone 3G 0,88 iPhone 5 0,90 HTC Wildfire S 0,90 HTC One X 0,909 HTC One X 0,91 BlackBerry Torch 9800 0,91 BlackBerry Torch 9860 0,92 iPhone 4 0,93 Nokia Lumia 800 0,94 HTC Magic 0,954 BlackBerry Torch 9810 0,97 iPhone 4S 0,98 Apple Iphone 8+ 1.24 Samsung Galaxy Tab 2 10.1 3G 0,99 Alcatel Mandarina Duck 1,0 Alcatel One Touch 302 1,0 Alcatel One Touch 303 1,0 Alcatel One Touch 304 1,0 Alcatel One Touch 300 1,02 BlackBerry Curve 8520 1,02 Alcatel One Touch 301 1,02 Sony Xperia KYNO V 1,10 iPhone 3GS 1,10 BlackBerry Bold 9780 1,11 BlackBerry Bold 9900 1,13 iPad 3 3G 1,13 iPad 2 3G 1,13 Samsung Galaxy Tab 3G 1,15 Nokia Lumia 900 1,19 HTC Hero 1,21 Apple Iphone 7+ 1.24 BlackBerry Curve 9320 1,26 LG Optimus 1,27 Nokia Lumia 820 1,28 BlackBerry Curve 9360 1,29 Sony Xperia S 1,30 Nokia Lumia 710 1,30 Apple Iphone 8 1.36 Apple Iphone 7 1.38 BlackBerry Curve 9300 1,45 Asus TF300 3G 1,49 Honor 8 1,5 Motorola Xoom 3G 1,86 Motorola RAZR 1,60 BlackBerry Bold 9790 1,86

Téléphone sans fil

Structure d'émission
La puissance d'émission maximale de la station de base et du combiné est de 250 mW. Si l'on mesure la moyenne sur un certain laps de temps, le rayonnement semble plus faible, étant donné que le signal n'est pas émis en permanence. Toutes les périodes de 10 millisecondes (ms) sont divisées en 24 intervalles. Lors d'une conversation, un combiné émet un signal pendant un intervalle et réceptionne le signal de la station de base durant l'intervalle qui se situe 5 ms plus tard. La station de base peut communiquer simultanément avec six combinés. Au repos, lorsqu'il n'y a pas de conversation téléphonique, la station de base émet toutes les 10 ms une brève pulsation. Certains modèles de téléphones comportent une station de base qui n'émet aucun rayonnement lorsque le combiné est raccroché.
Lors d'une conversation téléphonique, la plupart des modèles de téléphones DECT émettent toujours le même rayonnement, quelle que soit la distance entre le combiné et la station de base ainsi que la qualité de la liaison. Sur les modèles consommant peu d'énergie, la puissance d'émission est régulée et le rayonnement est plus faible lorsque la liaison est de bonne qualité.
Champs magnétiques de basse fréquence provenant du combiné, Le combiné n'est alimenté en électricité que lors de l'émission ou de la réception du signal. L'alimentation par pile est donc activée et interrompue toutes les 5ms lors d'un échange téléphonique, ce qui génère un champ magnétique de basse fréquence de 200Hz.
Station de base : champ électrique
On peut noter l'influence déterminante de la distance sur l'intensité du champ. Les intensités mesurées se situent toujours au dessous de la limite recommandée par la ICNIRP, à savoir 60 V / m. Même lors de six conversations téléphoniques simultanées à une distance de 20cm, le champ électrique est inférieur à cette limite.
Lors d'une étude épidémiologique menée dans la région bâloise, 166 personnes ont porté, pendant une semaine, un appareil de mesure permettant de calculer la charge dégagée par les différentes sources de rayonnement haute fréquence. La station de base a contribué à hauteur de 23% à la charge totale (0.22 V / m). Une étude comparable réalisée en France a montré des résultats similaires.
Champ électrique (champ E) pour différents régimes de fonctionnement
Seuls les résultats des stations de base ayant généré
les champs électriques mesurés les plus forts apparaissent sur ce graphique.
Effets sur la santé
Station de base et combiné : effets à court terme
Pour évaluer les effets sanitaires à court terme des champs magnétiques, on peut suivre les limites recommandées par la ICNIRP. Comme déjà mentionné, le rayonnement des combinés et des stations de base est bien inférieur aux limites. A court terme, il n'y a donc pas à craindre d'effet négatif sur la santé, provenant des combinés et des stations de base des téléphones sans fil.
Combiné : effets à long terme
Les valeurs limites recommandées par la ICNIRP ne prennent cependant pas en compte les effets potentiels à long terme du rayonnement électromagnétique. Plusieurs études épidémiologiques se penchent actuellement sur cette question. Dans ces études, l'accent est mis sur les effets sanitaires du rayonnement des téléphones portables, mais certaines d'entre elles portent également sur le rayonnement des combinés des téléphones sans fil. Une étude allemande n'a notamment trouvé aucun rapport entre l'utilisation de téléphones sans fil et l'apparition de tumeurs au cerveau, même lors d'une durée d'utilisation de plus de cinq ans. Par contre, une étude suédoise récente en est arrivée à la conclusion qu'une utilisation de téléphone sans fil sur plusieurs années pouvait provoquer une tumeur au cerveau. Le même groupe de recherche suédois a examiné le lien entre l'utilisation de téléphones sans fil et l'apparition de cancers des testicules sans toutefois pouvoir l'établir. L'étude du Centre international de recherche sur le cancer ne pouvait pas donner une réponse concluante sur le rapport entre le rayonnement des téléphones portables et les tumeurs au cerveau. Les résultats de l'étude Interphone auraient pu rélévantes pour les téléphones sans fil. En ce moment, les connaissances sur le sujet no concordent pas. Certaines études épidémiologiques avaient pour objet d'examiner le rapport entre l'utilisation du téléphone sans fil et l'apparition de symptômes non spécifiques ainsi que la qualité du sommeil décrite par les personnes concernées. La plupart des études épidémiologiques relatives à la qualité subjective du sommeil et à l'usage du téléphone sans fil n'ont pas établi de lien entre ces éléments. L'utilisation d'un téléphone sans fil ne semble pas non plus avoir d'influence sur la fonction de la barrière hémato-encéphalique.
Station de base : effets à long terme
Il n'existe actuellement aucune étude spécifique sur les effets à long terme des stations de base des téléphones sans fil. En outre, peu d'études explorent la question des effets sanitaires potentiels à long terme d'un faible rayonnement à haute fréquence, comme celui provenant des stations de base et aucune donnée sûre n'a pu en être tirée. Depuis 2007, plusieurs études publiées ont examiné le rapport qu'il pouvait y avoir entre le bien-être subjectif et la charge dégagée par les différentes sources de rayonnement haute fréquence, sans toutefois pouvoir établir celui-ci.
Perturbation des implants
Selon une étude, les stations de base et les combinés ne perturbent ni les stimulateurs cardiaques ni les défibrillateurs.

Interphone bébé (babyphone)

Les interphones bébé sont composés d'un module bébé et d'un ou plusieurs modules parents. Le module bébé, qui se pose auprès de l'enfant, est un émetteur, les modules parents sont avant tout des récepteurs. Toutefois, certains dispositifs font à la fois office d'émetteur et de récepteur. La plupart des interphones bébés n'émettent pas en continu, mais uniquement lorsque l'on atteint un certain niveau sonore, réglable sur l'appareil, dans la chambre de l'enfant
Certains appareils contrôlent en permanence si le module parents se trouve encore à portée d'émission du module bébé. Pour ce faire, le module bébé émet toutes les deux ou trois secondes un signal test très bref, moment où il émet un rayonnement.
Il existe divers types d'interphones bébé qui ont des portées et des intensités de rayonnement variables. L'OFSP a mesuré le rayonnement de deux interphones bébé ayant des puissances d'émission différentes. Le rayonnement diminue très rapidement lorsque l'on s'éloigne de l'appareil et se situe toujours au dessous du seuil recommandé. A une distance de 20 cm, le rayonnement de l'appareil le plus faible est 28 fois inférieur au seuil recommandé alors que celui de l'appareil le plus puissant est trois fois inférieur. A une distance d'un mètre, le rayonnement est 93 fois inférieur pour le plus faible et neuf fois pour le plus puissant par rapport au seuil recommandé. Même lorsque l'appareil est en contact involontaire avec l'enfant, les valeurs pour les appareils mesurés sont inférieures au seuil recommandé. Le rayonnement que génère le signal test du contrôle de la portée est lui aussi beaucoup plus faible.
Si l'on se fonde sur les données ci-dessus, il n'y a pas lieu de craindre un quelconque risque lié au rayonnement, mais il est cependant judicieux de faire en sorte que l'enfant y soit aussi peu exposé que possible.
Détail
Placez l'interphone bébé à au moins un mètre du lit de l'enfant.
N'utilisez pas d'appareils émettant en permanence. Réglez le module bébé sur le mode déclenchement automatique à la voix.
Si l'interphone bébé est branché sur le secteur avec un adaptateur, faites en sorte que l'adaptateur soit à au moins 50 cm du lit de votre enfant.
Données techniques
Les interphones bébé peuvent fonctionner à des fréquences complètement différentes avec diverses puissances d'émission et portées. Pour la plupart de ces fréquences, il n'est pas permis d'utiliser des appareils qui émettent en permanence. Il faut donc que ces appareils ne rayonnent qu'à partir d'un certain volume sonore. La majorité des interphones bébé sont des appareils unidirectionnels : le module bébé ne peut qu'émettre et celui destiné aux parents que réceptionner. Si cet appareil est doté d'une fonction de contrôle de la portée, le module bébé émet toutes les deux ou trois secondes un signal permettant au module parents de vérifier qu'il se trouve encore à portée de réception. Il est aussi possible de désactiver cette fonction sur la plupart des appareils. Pour les appareils bidirectionnels, le contrôle de la portée peut être effectué directement à partir du module parents.
Certains appareils permettent également de surveiller les enfants par vidéo. Pour fonctionner, ces appareils doivent émettre en permanence.
Les seuils recommandés par la Commission internationale pour la protection contre les rayonnements non ionisants concernant les champs électriques dépendent de la fréquence du rayonnement.
Fréquence (MHz) Longueur d'onde (m) Puissance d'émission maximale (mW) Portée maximale (m) Terminologie OFCOM Limite ICNIRP (V / m) 27 11 100 400 Application audio sans fil, Baby monitoring 28 40,7 6,5 10 150 Application à courte portée non spécifique 28 446 0,7 500 5000 Radiocommunication 29 865 0,35 10 400 Application audio sans fil 40 1800 0,17 20 - Application audio sans fil 58 1900 0,16 250 300 DECT 60 2400 0,125 10 300 Application à courte portée non spécifique 61
Champs à basse fréquence
Les interphones bébé fonctionnent avec des piles ou un adaptateur secteur. Ce dernier fonctionne aussi lorsque l'interphone est complètement désactivé. Il contient souvent un transformateur bon marché ayant un mauvais rendement et induisant d'importants champs magnétiques rayonnés de 50 Hz dans l'environnement immédiat. Néanmoins, ces champs sont déjà minimes à une distance de 50 cm.
Mesures de l'exposition
La meilleure manière de caractériser l'exposition est d'utiliser la notion de DAS. La valeur DAS indique la puissance de rayonnement absorbée par le corps humain. On peut mesurer le champ électrique, à partir duquel on calcule la valeur DAS, pour les appareils branchés à au moins une longueur d'onde du corps. Une étude a mesuré le champ électrique généré par deux interphones bébé différents. Même si l'interphone bébé ne doit pas être placé près du corps, on a déterminé la valeur DAS des deux appareils. Pour effectuer ces mesures, les appareils étaient réglés sur un signal continu en régime permanent, créant le rayonnement le plus important possible.
Valeur DAS
La valeur DAS a été mesurée pour les deux interphones et s'est révélée bien inférieure à la limite recommandée par la CIPRNI (2 W / kg).
valeurs DAS de deux interphones bébé différents
Appareil Fréquence (MHz) Emission (mW) Valeur DAS (W / kg) Interphone bébé 1 863 10 0,01 Interphone bébé 2 446 500 0,08
Champ électrique
On peut noter l'influence déterminante de la distance sur l'intensité du champ. Les intensités mesurées se situent toujours au dessous de la limite recommandée en fonction de la fréquence par la ICNIRP, à savoir 40 V / m (interphone bébé 1) et 29 V / m (interphone bébé 2). Si l'on utilise ces appareils à la distance recommandée d'un mètre, les champs atteignent 0,43 V / m (interphone bébé 1) et 3,2 V / m (interphone bébé 2).

Bluetooth


Les connexions radio via bluetooth servent à transmettre la voix et les données sur de courtes distances en utilisant des rayonnements à haute fréquence. bluetooth permet de relier différents appareils sans fil : un téléphone portable avec un kit mains libres, un ordinateur portable avec une imprimante ou une souris, etc. Cette technologie, simple et économique, est en plein essor actuellement et de nouvelles applications apparaissent chaque jour.
Les appareils bluetooth se répartissent en trois classes de puissance : 1, 2, 3. Les rayonnements des appareils des classes 2 et 3 sont faibles et localisés. La plupart des applications bluetooth utilisées près du corps font partie de ces catégories. Les émetteurs de la classe la plus puissante (1) peuvent produire, s'ils sont utilisés à proximité immédiate du corps, des rayonnements semblables à ceux d'un téléphone portable.
Les rayonnements émis par les appareils bluetooth de toutes les classes de puissance sont inférieurs aux valeurs limites recommandées au niveau international. En l'état actuel des connaissances, ces rayonnements ne comportent pas de risque immédiat pour la santé.
Kit mains libres bluetooth afin de réduire le rayonnement
L'utilisation d'un kit mains libres bluetooth fait aujourd'hui également partie des mesures de précaution pour réduire l'exposition au rayonnement du téléphone portable. Au lieu du téléphone, un émetteur bluetooth, au rayonnement beaucoup plus faible, est placé dans l'oreille, ainsi, lors d'un appel, l'exposition de la tête au rayonnement est fortement réduite.
Informations détaillées
bluetooth (IEEE 802.15.1) est la première norme créée pour les transmissions vocales et les transferts de données sur de courtes distances. Les émetteurs bluetooth sont très petits, peu coûteux et utilisent peu de courant.
Données techniques
Détail
Fréquence : de 2,4 à 2,4835 GHz fréquence ISM libre et sans licence
Longueur d'onde : env. 12,5 cm
Puissance d'émission
Pour les applications, il existe trois classes de puissance ayant des portées différentes. La classe de puissance 3, correspondant à la puissance la plus faible, est la plus répandue.
La puissance d'émission effective est la plupart du temps inférieure à la puissance maximale : en effet, l'intensité de la transmission est juste suffisante pour permettre à l'autre appareil de recevoir le signal. Le récepteur mesure la puissance et peut demander à l'émetteur d'augmenter ou de diminuer la puissance d'émission, si c'est possible. La régulation de puissance permet d'économiser la batterie et de diminuer les perturbations d'autres réseaux bluetooth.
Classes de puissance des émetteurs bluetooth
Classe de puissance Emission de crête (mW) Emission maximale (mW) Emission minimale (mW) Portée (m) 1 100 76 1 100 2 2,5 1,9 0,25 40 3 1 0,8 - 10
La puissance d'émission et donc la charge du rayonnement ne sont pas constantes. La régulation de la puissance est obligatoire pour la classe de puissance 1 et optionnelle pour les classes 2 et 3.
Structure d'émission
Selon l'utilisation, il existe différents profils de communication pour les appareils bluetooth. Toutefois, chaque appareil n'accepte que certains profils : deux appareils ne peuvent communiquer et ne sont compatibles que par un seul et même profil.
Lorsque deux appareils bluetooth équipés du même profil de communication sont à portée l'un de l'autre, une liaison s'établit automatiquement. Dans un mini réseau, jusqu'à huit appareils peuvent être reliés entre eux. Dans ces conditions, un appareil prend la direction et organise la radiocommunication. Cet appareil, appelé maître, commande les autres (esclaves).

Exemple d'une structure périodique bluetooth
le maître émet sur les canaux de transmission 12, 5, 55, 70
les esclaves sur les canaux 68, 1, 17, 41
Cinq périodes pour le canal 5 et trois périodes pour le canal 17
se combinent entre elles pour la transmission de données de quantités importantes.
Chaque période peut être plus ou moins longue selon la quantité de données qui doit être transmise.
Pour la transmission des données, la bande de fréquences située entre 2,402 à 2,480 GHz est divisée en 79 canaux de transmission séparés, d'une largeur de 1 MHz. Chaque utilisateur du mini réseau dispose des différents canaux de transmission selon le modèle que le maître établit. Dans un piconet, les canaux de transmission changent en général 1600 fois par seconde, créant un rayonnement pulsé accompagné d'une fréquence d'impulsion de 1600 Hz maximum. Maître et esclaves émettent et réceptionnent alternativement.L'intervalle de temps pendant lequel un canal de transmission est attribué à un couple maître-esclave est de 0,625 ms. Un appareil peut émettre durant 1, 3, 5 périodes puis réceptionne de nouveau. Si plusieurs périodes sont combinées, la fréquence des impulsions baisse à 533 Hz ou à 320 Hz. En général, s'il n'y a pas de transmission de données, les esclaves n'émettent pas et ne réceptionnent que sporadiquement. En revanche, le maître émet une trame balise ou trame beacon pour que les esclaves puissent se synchroniser avec lui.
Champs à basse fréquence des appareils bluetooth
Les appareils bluetooth n'utilisant du courant que lors de l'émission ou de la réception de données, la batterie est donc continuellement activée et interrompue. Il en résulte des champs magnétiques à basse fréquence, compris entre 1Hz jusqu'à quelques milliers de Hz.
Mesures de l'exposition
Comme mesure de base pour la charge par rayonnement à haute fréquence, on utilise l'énergie de rayonnement absorbée par le corps par unité de temps et par unité de poids, qu'on indique comme débit d'absorption spécifique, en Watt par kilogramme (W / kg). Pour les appareils bluetooth utilisés près du corps, on mesure la valeur DAS. Pour les appareils exploités loin du corps, le champ électrique est également significatif.
Détail
Une étude réalisée a mesuré les valeurs DAS et les champs électriques des applications suivantes
Deux clés USB munies d'une antenne des classes 1 et 2 avec débit de données et puissance d'émission maximaux
Un agenda électronique (assistant numérique personnel, ANP) de la classe de puissance 2
Deux kits mains libres différents, de la classe de puissance 3
Les valeurs DAS mesurées étaient toutes inférieures à la limite de 2 W / kg recommandée par la Commission internationale de la protection contre le rayonnement non ionisant.
Valeurs DAS d'appareils bluetooth des catégories 1, 2, 3
- Classe de puissance Valeur DAS (W / kg) Antenne enfichable (USB) 1 0,466 Antenne enfichable (USB) 2 0,0092 Agenda électronique 2 0,01 Kit mains libres 3 0,00117 - 0,00319
Champ électrique
Le champ électrique induit à proximité des antennes USB exploitées avec une puissance d'émission maximale. Le champ diminue rapidement avec la distance. Les intensités mesurées des appareils bluetooth sont, dès une distance de 20 cm, plus de 20 voire de 150 fois inférieures à la valeur de 61 V / m recommandée par la CIPRNI.
Champ électrique maximal (champ E) en fonction de la distance pour un ANP et deux clés USB bluetooth de différentes classes de puissance. Le champ électrique diminue rapidement en fonction de la distance. Les mesures ont été réalisées avec des puissances d'émission maximales.
Normalement, bluetooth réduit la puissance d'émission lorsque la liaison entre les appareils est bonne et ce afin d'économiser de l'énergie et d'éviter les interférences avec d'autres dispositifs. Cela engendre des champs E et des valeurs DAS encore plus petits.
Effets sur la santé
Sur la base des connaissances actuelles et des mesures d'exposition disponibles, le rayonnement à haute fréquence généré par les réseaux bluetooth est trop faible pour provoquer, par absorption et suite à l'élévation de température consécutive, des effets sanitaires aigus et détectables. Les effets à long terme et les effets non thermiques ont encore été trop peu étudiés. Etant donné les études effectuées sur les effets des CEM à haute fréquence dans le domaine des faibles doses et les puissances d'émission très basses des appareils bluetooth des classes 2 et 3, il n'y a pas à craindre d'effets négatifs sur la santé. Les téléphones portables avec émetteur bluetooth intégré de la classe 1 constituent un cas spécial. Les effets sur la santé dus au rayonnement ne sont pas connus à l'heure actuelle et font l'objet de recherches au niveau international. L'OFSP a publié des conseils de précaution pour limiter les rayonnements des téléphones portables, également valables pour les téléphones équipés de bluetooth.

WLAN
Le réseau local sans fil permet de relier un ordinateur portable à un PC, ou un ordinateur avec des périphériques et un point d'accès à internet. Les téléphones mobiles et les téléphones sans fil équipés de la technologie WLAN sont de plus en plus souvent utilisés pour la téléphonie par internet. Les données qui circulent entre les différents appareils sont transmises par rayonnement électromagnétique de forte intensité et non par câble. Les appareils en réseau servent à la fois d'émetteur et de récepteur.
La force du rayonnement dépend de la puissance d'émission et du transfert des données. Le rayonnement atteint sa plus forte intensité lorsqu'il y a le maximum de données échangées. Il diminue fortement en fonction de la distance par rapport à l'émetteur. Même lorsque la puissance de rayonnement et le trafic des données sont à leur maximum, le rayonnement est dix fois inférieur à la limite recommandée lorsque l'on se trouve à 20cm de l'émetteur, et 40 fois inférieur lorsque l'on se trouve à 1m.
Détail
On ne sait pas encore si les champs électromagnétiques générés par le réseau WLAN représentent un danger pour la santé. En général, le rayonnement des appareils WLAN est faible, des mesures de précaution peuvent être recommandées lorsque les ordinateurs portables, les agendas électroniques ou les téléphones internet sont utilisés près du corps. Nous conseillons les mesures de précaution suivantes aux personnes qui désirent réduire au maximum les champs électromagnétiques induits dans leur logement ou sur leur lieu de travail.
Ne mettre en marche le réseau WLAN que lorsque l'on en a réellement besoin. Il est notamment important d'éteindre la fonction WLAN sur l'ordinateur portable. Autrement, l'ordinateur ne cesse de rechercher un réseau, ce qui provoque un rayonnement superflu et vide la batterie.
Ne pas tenir l'ordinateur portable contre son corps pendant la connexion WLAN.
Installer le point d'accès si possible à un mètre des lieux de travail, de séjour ou de repos occupés pendant des longues périodes.
Placer le point d'accès de manière centrale afin que tous les appareils connectés aient une bonne réception.
Préférer la norme g WLAN à la norme b, en effet, la norme g transfert plus efficacement les données et a donc un rayonnement plus faible que la norme b.
S'il est possible de régler la puissance d'émission, il faut l'optimiser au point d'accès par rapport à la zone à alimenter.
Un émetteur WLAN ne peut être utilisé qu'avec l'antenne prévue par le fabricant. Si l'antenne ne correspond pas à l'émetteur et a un trop grand gain, la puissance d'émission maximale autorisée peut être dépassée.
Les mesures de l'OFSP pour la réduction de l'exposition au rayonnement des téléphones mobiles s'appliquent aux téléphones mobiles compatibles WLAN, qui sont utilisés pour la téléphonie par internet.
Mise en place et applications

Différents appareils sont reliés entre eux par le point d'accès et à internet par le modem.
Dans un réseau WLAN, on relie en général un PC à un ordinateur portable, ou un ordinateur avec des périphériques ou un point d'accès à internet. Le point d'accès permet l'échange des données entre les différents appareils et offre l'accès à internet. Les appareils en question doivent être équipés de la technologie WLAN, les PC et les ordinateurs portables modernes contiennent d'office une puce WLAN, alors qu'il faut en rajouter une sur les appareils moins récents. Les agendas électroniques ou les ordinateurs de poche contenant une puce WLAN peuvent être intégrés également au réseau sans fil.
Les téléphones mobiles et les téléphones sans fil équipés de la technologie WLAN sont utilisés pour la téléphonie par internet avec voix sur IP et peuvent se connecter à internet par le point d'accès.
Données techniques
L'organisation professionnelle internationale IEEE a publié différentes normes de la famille 802.11 pour le réseau WLAN. Le tableau présente les différentes caractéristiques de rayonnement.
Propriétés des différentes normes WLAN de l'IEEE
Norme IEEE 802.11a 802.11b 802.11g 802.11h Puissance d'émission maximale (mW) 200 100 100 200/1000 Puissance d'émission moyenne - beacon (mW) 1 0,5 0,5 0.5 Puissance d'émission moyenne max. (mW) < 200 < 100 < 100 < 200 Fréquence (MHz) 5150 - 5250 2400 - 2483,5 2400 - 2483,5 5150 - 5350 et 5470 - 5725 Portée (m) 50 jusqu'à 200 50 50 Régulation de la puissance non non oui, statique oui, dynamique Débit de données maximal brut (MBit / s) 54 11 54 54 Diffusion peu hors d'usage la plus répandue peu
La norme 801.11g est celle qui est la plus fréquemment utilisée aujourd'hui. Les gammes de fréquences des normes a et h sont utilisées en Suisse et en Europe également pour d'autres services. C'est pourquoi l'utilisation d'appareils de la norme a n'est autorisée qu'à une puissance réduite et dans les bâtiments. La norme h a été réglée pour l'Europe de telle manière qu'elle libère aussitôt la fréquence lorsque celle-ci doit être utilisée par une autre application.
Débit de données
Les normes les plus récentes 802.11 a, g et h présentent de hauts débits. Si plusieurs appareils doivent utiliser une connexion au point d'accès en même temps, la capacité de transmission de la connexion va être répartie et le débit pour chaque appareil va donc baisser.
Régulation de la puissance d'émission
Avec la norme h, la puissance d'émission est automatiquement réglée en fonction de la qualité de la réception. En outre, il est possible de modifier par un logiciel la puissance d'émission selon la zone à couvrir auprès des points d'accès de la norme g et h.
Rayonnement
La puissance de rayonnement effective dépend en premier lieu du trafic des données. Même si aucune donnée ne circule, le point d'accès continue d'émettre un signal. Si seul le beacon est émis du point d'accès 100 mW, la puissance moyenne de rayonnement au cours du temps atteint 0,5 mW. En revanche, si beaucoup de données sont émises, la puissance moyenne de rayonnement peut atteindre 70 mW.
Le diagramme de rayonnement est très irrégulier, étant donné qu'un appareil peut émettre même sans transfert de données. Le beacon du point d'accès génère un rayonnement pulsé relativement régulier avec une fréquence de répétition de 10Hz.
Variation en fonction de la distance
Le rayonnement émis par une antenne diminue en fonction de la distance. En outre, il peut être affaibli ou réfléchi par des obstacles tels que des parois. C'est pourquoi le débit de données peut chuter s'il y a de grandes distances ou des obstacles entre le point d'accès et les appareils en réseau.
Dans les espaces ouverts, la portée des appareils correspondant à la norme h est supérieure, étant donné que la puissance d'émission est plus forte. Cependant, le rayonnement sera atténué plus fortement par les murs à cause de sa fréquence plus élevée, ce qui signifie que sa portée sera réduite à l'intérieur des bâtiments.
Les réseaux WLAN sont très sensibles, c'est à dire qu'il est encore possible de mettre des appareils en réseau même avec un très faible rayonnement.
Mesures de l'exposition
Valeurs DAS maximales
Norme Appareil Débit (Mb / s) DAS (W / kg) 802.11a point d'accès 30 0,54 - carte PC 13,3 0,07 802.11b point d'accès 6 0,73 - carte PC 6,3 0,43 - ANP 3,8 0,067 802.11g point d'accès 26 0,27 - carte PC 21,5 0,11
Champ électrique

Champ E en fonction de la distance pour deux points d'accès (AP), deux carte PC et un ANF WLAN
Le point d'accès 2 peut fonctionner aussi bien avec la norme 802.11 a qu'avec la b ou la g, la carte PC peut fonctionner avec 802.11 b ou g
Les champs électriques diminuent fortement en fonction de la distance par rapport à l'émetteur. Les valeurs DAS sont toujours inférieures à la limite de 61V / m recommandée par la CIPRNI. A une distance de 20cm, aucun appareil n'atteint plus que le 10% de la valeur limite recommandée par la CIPRNI, et à 1m, même pas 2,5%.
Hotspots WLAN
L'espace dans lequel un accès à internet est disponible via un réseau WLAN est appelé hotspot. Les hotspots peuvent être publics ou n'être accessibles qu'à un cercle restreint d'utilisateurs. A l'intérieur des bâtiments, les points d'accès sont principalement montés au plafond ou aux murs, parfois dans les doubles planchers, à l'extérieur, ils sont placés sur les façades ou sur les toits des bâtiments. Plusieurs points d'accès peuvent être installés sur un hostpot.
Les valeurs d'immissions des hotspots sont bien inférieures à la limite de 61V / m, recommandée par la CIPRNI.
Effets sur la santé
Selon les connaissances actuelles et sur la base des mesures d'exposition disponibles, le rayonnement à haute fréquence généré par les réseaux sans fil est trop faible pour provoquer, par absorption et suite à l'élévation de température consécutive, des effets sanitaires aigus et détectables. Les effets à long terme et les effets non thermiques ont encore été trop peu étudiés. A l'heure actuelle, les études effectuées sur les effets exercés par les CEM à haute fréquence dans le domaine des faibles doses sont en dessous des valeurs limites en vigueur et ne permettent pas de conclure que les réseaux sans fil constituent une menace pour la santé.
L'utilisation de certains appareils WLAN, comme les ordinateurs portables, les téléphones mobiles et les NPA équipés de WLAN, en les tenant près du corps, peut signifier une longue exposition au rayonnement. Beaucoup d'incertitudes demeurent aujourd'hui à propos des effets sanitaires de tels appareils utilisés à proximité du corps. Des études poussées sont menées à l'échelle internationale, se focalisant surtout sur le rayonnement des téléphones mobiles. Des mesures de précaution adaptées, telles que décrites dans l'introduction, peuvent réduire cette charge de rayonnement.

Four à micro-ondes


Les fours à micro-ondes utilisent des rayonnements électromagnétiques de haute fréquence. Ces rayonnements sont absorbés par les aliments et transformés en chaleur. Les aliments réchauffés au micro-ondes ne contiennent pas de micro-ondes et ne rayonnent pas. Le boîtier métallique du four à micro-ondes et la grille métallique de la porte du four retiennent la plus grande partie du rayonnement à l'intérieur du four. Une petite partie de ce rayonnement s'échappe du four sous forme de rayonnement de fuite. A la surface du four (0-5 cm), on peut observer des intensités de rayonnement relativement élevées, qui décroissent toutefois rapidement et sont déjà dix fois inférieures aux valeurs limites à 30 cm du four. En cas de défectuosité ou d'encrassement des joints d'étanchéité de la porte, ce rayonnement de fuite peut être plus élevé.
Sur la base de l'état actuel des connaissances, le rayonnement de fuite d'un four à micro-ondes intact et correctement utilisé n'entraîne aucun risque pour la santé. Les risques peuvent provenir d'aliments brûlants ou au contraire insuffisamment réchauffés de manière à tuer les germes qu'ils contiennent. Comme pour la cuisson traditionnelle, le risque le plus important lié au four à micro-ondes est celui de se brûler avec des aliments. L'eau chaude représente un danger important si elle est renversée ou éclaboussée.
Détail
Utilisé correctement, le four à micro-ondes permet de réchauffer sans danger des aliments. Les conseils suivants pourront vous être utiles.
Consultez les instructions et les prescriptions de sécurité contenues dans le mode d'emploi.
Veillez à la propreté du cadre de porte et de ses joints d'étanchéité, et contrôlez le bon fonctionnement du système de fermeture de la porte, de l'étanchéité et le bon état du boîtier de l'appareil. N'utilisez en aucun cas un appareil défectueux.
Evitez la surchauffe et l'évaporation explosive de liquides en plaçant une tige en verre ou une cuillère en matériau résistant à la chaleur dans le récipient.
Les aliments avec une enveloppe ou une peau doivent être piqués avant la cuisson ou être cuits d'une autre manière.
Les aliments doivent être réchauffés à l'intérieur et à l'extérieur à au moins 70°C pendant 10 minutes, de manière à être bien cuits et à tuer les micro-organismes. Remuez de temps en temps les aliments, afin qu'ils soient réchauffés uniformément.
Réchauffez les aliments pour bébés avec une méthode conventionnelle, si vous ne vous êtes pas encore bien familiarisé avec le four à micro-ondes. Si vous en utilisez un, soyez particulièrement prudent. Réchauffez le biberon sans la tétine. Secouez le biberon avant de le donner à votre enfant et contrôlez la température des aliments pour bébés, afin de vous assurer qu'ils ne sont nulle part trop chauds.
Caractéristiques techniques
Détail
Fréquences types
0 Hz produit par les aimants permanents du magnétron (champ magnétique statique)
50 Hz produit par l'alimentation électrique (champ magnétique de basse fréquence)
2,45 GHz produit par le magnétron (champ magnétique de haute fréquence)
Puissance : 500 – 2000 Watt (appareils ménagers)
Principe
Les matériaux faiblement conducteurs tels que l'eau et de nombreux autres composants des denrées alimentaires absorbent l'énergie des micro-ondes. Cette absorption est due au transfert de l'énergie sur des particules électriquement chargées et des dipôles. Les dipôles sont des molécules dont l'une des extrémités est chargée positivement et l'autre négativement, leur charge électrique est donc irrégulièrement répartie. Les dipôles les plus fréquents dans les denrées alimentaires sont les molécules d'eau.
Les ions et les dipôles à l'intérieur d'une denrée alimentaire sont mobiles. En présence d'un champ électromagnétique, ils ont tendance à s'orienter en fonction de leur charge dans la direction de ce champ. Le champ d'un four à micro-ondes change de sens à un rythme extrêmement élevé, cinq milliards de fois par seconde. Les ions et les dipôles vont avoir tendance à suivre les changements de sens du champ magnétique. Ils vont ainsi être soumis à des mouvements très importants, qui auront pour conséquence d'élever leur température et donc celle des denrées alimentaires.
Ce processus de réchauffement est très différent du processus conventionnel, dans lequel le transfert de chaleur se fait à la surface des aliments, la chaleur étant ensuite transmise à l'intérieur de l'aliment par conduction.
Le rayonnement magnétique est produit par un générateur de haute fréquence, le magnétron. Un transformateur fournit la haute tension nécessaire pour le fonctionnement du magnétron. Le magnétron est activé et désactivé 50 fois par seconde. Le rayonnement est donc de type pulsé. La durée typique d'une impulsion de rayonnement est de 10 ms. Le rayonnement est dirigé par le magnétron vers l'intérieur du four, dans la chambre de cuisson.
Les parois métalliques du four et la grille métallique de la porte reflètent le rayonnement et le maintiennent dans le four. A l'ouverture de la porte, la source de rayonnement est immédiatement coupée et le rayonnement cesse en l'espace de 10 µs.
La réflexion du rayonnement sur les parois provoque des interférences, qui augmentent ou diminuent le rayonnement à certains endroits du four. Le rayonnement à l'intérieur du four n'est donc pas distribué régulièrement. Le plateau tournant dans le four assure un échauffement régulier des aliments, malgré la distribution irrégulière du rayonnement.
Détail
1 : Boîtier
2 : Transformateur
3 : Ventilateur du diffuseur
4 : Magnétron
5 : Guide d'ondes
6 : Réflecteur rotatif
7 : Réflecteur métallique
8 : Chambre de cuisson
9 : Plateau tournant
FonctionnementLe transformateur fournit la haute tension nécessaire au fonctionnement du magnétron, qui produit des ondes électromagnétiques. Ces micro-ondes sont concentrées dans un tube en métal, le guide d'ondes, d'où elles sont dirigées vers la chambre de cuisson. Là, elles atteignent les plats disposés sur le plateau tournant soit directement, en étant distribuées par un réflecteur rotatif, soit par réflexion de toutes parts.
Vaisselle appropriée et inappropriée
Les matériaux électriquement isolants comme le verre et la porcelaine sont pratiquement insensibles aux micro-ondes et conviennent donc très bien comme vaisselle pour les fours à micro-ondes. Il est déconseillé d'utiliser de la porcelaine avec des décorations métalliques, les micro-ondes détruisant les motifs.
Les micro-ondes sont presque entièrement réfléchies par les matériaux électriquement conducteurs comme les métaux, de sorte que les aliments placés dans des récipients métalliques ne sont pas réchauffés. De plus, on évitera d'utiliser des récipients métalliques, car ils perturbent la répartition optimale des micro-ondes dans la chambre de cuisson. Des parties métalliques trop proches de la paroi de la chambre de cuisson peuvent provoquer des étincelles.
Mesures d'exposition
Rayonnement électromagnétique de haute fréquence
Rayonnement de fuite des fours à micro-ondes
Le rayonnement de haute fréquence s'échappant d'un four à micro-ondes en fonctionnement est appelé rayonnement de fuite. Ce rayonnement ne doit pas dépasser 5mW / cm² à une distance de 5 cm de l'appareil, ce qui correspond à un champ électrique de 137 V / m. Le rayonnement de fuite de fours à micro-ondes neufs et usagés dans des ménages et des restaurants a été mesuré dans le cadre d'études.
Champs magnétiques de 50Hz de 34 fours à micro-ondes étudiés, valeur moyenne ± écart type.
Effets sur la santé
Effets des champs électromagnétiques.
Champs magnétiques de haute fréquence.
Le rayonnement électromagnétique des fours à micro-ondes a été étudié quant à ses effets sur les yeux. Le cristallin de l'oeil étant peu vascularisé, la chaleur qui s'y accumule est difficilement évacuée. Le cristallin est par conséquent sensible aux températures élevées, qui peuvent conduire à une opacification permanente de celui-ci. En observant les aliments en cours de cuisson à travers la porte du four, les yeux se trouvent très près de l'appareil, où ils sont exposés au rayonnement de fuite. Les études ont cependant montré qu'à porte fermée, le rayonnement est trop faible pour provoquer un échauffement significatif.
Globalement, on ne dispose pas, pour les fours à micro-ondes, d'indices concernant des effets sur la santé liés à une élévation de la température du corps.
Champs magnétiques de basse fréquence.
Les fours à micro-ondes font partie de la catégorie d'appareils ménagers à l'origine de champs électromagnétiques de basse fréquence relativement forts. Malgré cela, l'exposition aux champs magnétiques de ces appareils reste modeste, dans la mesure où ils ne fonctionnent que pendant de courts laps de temps. Les études réalisées à ce jour n'ont pas permis de mettre en évidence avec certitude un quelconque effet des fours à micro-ondes sur la santé.
Dangers liés à une utilisation impropre des fours à micro-ondes.
Réchauffement d'aliments avec une enveloppe ou une peau et d'objets hermétiques.
Dans un four à micro-ondes, le réchauffement des aliments est particulièrement rapide et s'accompagne du développement d'une pression importante à l'intérieur des aliments atteignant une certaine taille jusqu'à 3-4cm. Des aliments comme les oeufs, les tomates, les pommes de terre et les saucisses avec une enveloppe ou une peau peuvent éclater ou exploser dans le four ou après en être sortis. Les oeufs réchauffés au four à micro-ondes représentent un danger particulièrement élevé et peuvent provoquer des brûlures légères à graves et des blessures aux yeux. Les aliments dotés d'une enveloppe ou d'une peau doivent par conséquent être suffisamment percés ou pelés avant leur cuisson au four à micro-ondes. Pour les oeufs, il est préférable de les cuire à l'eau, de manière conventionnelle.
Les récipients hermétiques comme les bouteilles, les pots d'aliments pour bébés, les emballages sous vide, etc. doivent être ouverts avant leur réchauffement dans un four à micro-ondes. Pour les biberons, on prendra soin d'enlever la tétine, car l'explosion d'un biberon peut provoquer des brûlures graves.
Réchauffement de liquides et d'aliments.
Dans un four à micro-ondes, il peut arriver que des liquides soient réchauffés au-delà de leur point d'ébullition sans qu'il y ait formation de bulles ni de vapeur. De très légères secousses peuvent provoquer dans ces liquides surchauffés, la formation presque instantanée de grosses bulles, qui s'échappent du liquide de manière explosive, entraînant du liquide et pouvant provoquer des brûlures. Ce risque peut être écarté en plaçant une tige en verre dans le récipient. Des cuillères à café peuvent également être utilisées dans ce but, pour autant qu'elles soient en matériaux résistants comme l'acier inox. N'utilisez pas de cuillères argentées.
Sous l'effet des micro-ondes, les liquides, les aliments et les substances gélatineuses sont réchauffés plus rapidement à l'intérieur qu'à l'extérieur. De ce fait, les récipients et les aliments peuvent ne pas paraître chauds au premier contact, au moment de les sortir du four. Cela entraîne un risque élevé de brûlure de la gorge, notamment pour les bébés. Il est donc préconisée de mélanger les liquides, les aliments et les autres objets sortis du four avant de contrôler leur température.
Préparation hygiénique des aliments.
Détail
Dans un four à micro-ondes, il peut arriver que les aliments ne soient pas réchauffés de façon homogène
Pour des raisons inhérentes à la construction, des différences de température importantes peuvent exister dans la chambre de cuisson.
Les différents composants des aliments eau, graisses, protéines, hydrates de carbone ne sont pas réchauffés à la même vitesse, ce qui peut entraîner l'apparition de zones très chaudes et de zones froides.
Les aliments très salés sont surchauffés en surface.
Détail
En raison du réchauffement irrégulier des aliments, il y a un risque que les micro-organismes qu'ils contiennent ne soient pas entièrement tués. La préparation hygiéniquement irréprochable des aliments peut être assurée au moyen des mesures suivantes.
Augmenter le temps de cuisson. L'alternance entre périodes de réchauffement et de repos permet une meilleure compensation de la température. Ce processus peut être accéléré en remuant les aliments. Les aliments doivent être réchauffés à l'intérieur et à l'extérieur à au moins 70°C pendant dix minutes.
Les grandes quantités et les gros morceaux d'une épaisseur supérieure à 3-4cm ne peuvent pas toujours être correctement cuits au four à micro-ondes. Dans ce cas, choisir une autre méthode de cuisson.
Modification de la composition chimique des aliments.
Tout réchauffement des aliments entraîne des modifications chimiques. De nouvelles substances apparaissent et des substances existantes sont partiellement détruites. Ces modifications dépendent de la durée et de la température de cuisson. Les modifications des aliments réchauffés dans un four à micro-ondes sont comparables à celles entraînées par un mode de cuisson conventionnel en ce qui concerne la valeur nutritive, la digestibilité des protéines, la composition des acides aminés et la stabilité des vitamines liposolubles A et E. En comparaison avec les méthodes de cuisson conventionnelles, les vitamines hydrosolubles C et B sont mieux conservées par la cuisson au micro-ondes. Les graisses sont moins oxydées, ce qui donne lieu à moins de substances toxiques hautement réactives. La cuisson dans un four à micro-ondes produit généralement moins de substances indésirables telles que des hydrocarbures aromatiques polycycliques et des amines aromatiques hétérocycliques que la cuisson à la poêle. En revanche, elle ne permet pas d'obtenir une croûte aromatique.

Page valide XHTML 1.1 RDFa W3C
Page valide CSS3 W3C